Infrastructures électriques : Établir des bases solides pour augmenter la participation des peuples autochtones

juillet 22, 2016 / CEA Communications

Les investissements sans précédent dans les infrastructures électriques qui seront effectués au Canada d’ici 2030 représentent une occasion formidable d’assurer la prospérité de tous les Canadiens et particulièrement des communautés autochtones. L’ACÉ et ses membres reconnaissent depuis longtemps l’importance d’établir des relations permanentes et mutuellement profitables avec les peuples autochtones du Canada.

Les nombreux projets collaboratifs fructueux et les relations établies entre nos membres et les responsables autochtones locaux et régionaux réalisés d’un bout à l’autre du pays sont un bel exemple de cet engagement. On compte déjà près de 100 projets d’infrastructures électriques sur les territoires autochtones comprenant des dépenses en immobilisation de près de 50 milliards de dollars, ainsi que 200 autres projets d’une valeur estimée entre 120 et 140 milliards.

L’ACÉ et ses entreprises membres ont récemment formalisé leur engagement à travailler en partenariat avec les peuples autochtones d’un bout à l’autre du pays en adoptant six principes nationaux qui orienteront leur engagement envers les communautés autochtones à l’échelle nationale. Les relations locales et régionales entre les membres de l’ACÉ et les dirigeants autochtones seront ainsi renforcées et valorisées.

 

Ces principes, qui sont conçus pour instaurer des relations constructives à long terme, favoriser les relations commerciales mutuellement profitables et les possibilités d’affaires et assurer l’examen des perspectives des peuples autochtones auront les résultats suivants :

 

  1. Respecter la culture autochtone, les valeurs traditionnelles et les droits;
  2. Instaurer des relations constructives;
  3. Améliorer les communications;
  4. Encourager le renforcement de la capacité autochtone;
  5. Promouvoir la prospérité économique et
  6. Faciliter la consultation avec la Couronne.

 

Selon l’indice de développement humain des Nations Unies, le Canada se classe entre le 6e et le 9e rang pour ce qui est de la qualité de vie. Mais, comme le faisait remarquer le Forum de l’Assemblée des Premières Nations (APN), en vertu de ces mêmes critères, les communautés autochtones se retrouvent entre le 63e et le 78e rang. Ce constat frappant met en évidence le chemin qu’il reste à parcourir.

Les études démontrent que si le niveau d’éducation et d’emploi des peuples autochtones était égal à celui des populations non autochtones, le PIB du Canada augmenterait de 401 milliards d’ici 2026. Le défi réside bien sûr dans le « si ». En établissant des relations permanentes mutuellement profitables avec les peuples autochtones du Canada, l’ACÉ et ses membres s’emploient à transformer le « si » en « lorsque ».

Alors que le secteur prend de l’ampleur et se modernise pour offrir de meilleurs services aux Canadiens et Canadiennes, les occasions de partenariats se multiplient, tout comme les bienfaits économiques, sociaux et environnementaux qui en découleront.

 

Channa Perera

Directeur, production et environnement

Association canadienne de l’électricité