Énergie éolienne

Je sais que le Canada possède un potentiel éolien élevé, mais comment et pourquoi bénéficiera-t-il de cette forme d’énergie?

Le caractère diversifié de la topographie du Canada, qui comporte des montagnes, des prairies et le plus long littoral au monde, lui confère un grand potentiel éolien. La quantité de production éolienne pouvant être ajoutée au réseau d’électricité du Canada dépend d’un certain nombre de facteurs, notamment du potentiel technique de l’énergie éolienne, du coût de cette forme d’énergie par rapport à d’autres options, de la disponibilité de lignes de transport, ainsi que de la nécessité de compenser le caractère intermittent de l’éolien.

  • L’énergie éolienne résulte de l’énergie du soleil qui, conjuguée à la rotation et à l’angle d’inclinaison de la terre, crée des écarts de températures en constant changement dans l’atmosphère. Ces écarts causent une circulation d’air qui crée de l’énergie cinétique sous forme de vent. On peut recourir à des turbines pour capter l’énergie cinétique du vent et la convertir en électricité. La quantité d’énergie est déterminée par la vitesse du vent. Celle-ci est en général plus élevée durant les mois froids de l’hiver et la nuit, mais peut varier selon la géographie ainsi que le moment de l’année et même de la journée.
  • Le coût lié à la production d’électricité à partir de l’éolien comprend le coût d’investissement de l’aménagement ainsi que ses coûts d’exploitation et d’interconnexion au réseau. Les entreprises d’électricité doivent également tenir compte des impacts financiers liés au fait de devoir combiner cette source d’énergie, qui est intermittente, à d’autres sources de production. En effet, le vent n’est pas une source d’énergie constante – d’ailleurs, en général, c’est quand la demande est faible (la nuit, notamment) qu’il souffle le plus fort. C’est pourquoi il exige en complémentarité une source d’énergie stable, comme l’hydroélectricité ou le gaz naturel. Pour faire en sorte que les modes de production complémentaires prennent la relève lorsque le vent diminue et qu’ils soient désactivés lorsque vent reprend de la vitesse, celui-ci doit faire l’objet de processus précis de surveillance et de prévision.
  • La puissance éolienne du Canada atteint aujourd’hui 5 641 MW.1 La quantité de production éolienne pouvant être ajoutée au réseau d’électricité du Canada dépend d’un certain nombre de facteurs, notamment du potentiel technique de l’énergie éolienne, du coût de cette forme d’énergie par rapport à d’autres options, de la disponibilité de lignes de transport, ainsi que de la nécessité de compenser le caractère variable de l’éolien. L’éolien est une source d’énergie renouvelable qui a relativement peu d’impacts sur son milieu d’implantation, sauf des préoccupations esthétiques et sonores. La réussite du développement de technologies de stockage de l’énergie aura des incidences importantes sur la capacité de notre réseau électrique d’intégrer les sources d’électricité intermittente comme l’éolien.
  • L’acceptation par le public représente un défi en ce qui concerne l’expansion de l’énergie éolienne. La réalisation d’un projet éolien exige que tous les intervenants concernés soient bien informés et que l’adhésion des propriétaires, de l’administration municipale et de la communauté soit obtenue. Les promoteurs doivent recevoir une autorisation écrite des parties concernées et conclure des ententes avec elles; ils doivent aussi se conformer aux exigences réglementaires des gouvernements fédéral et provincial et de l’exploitant du réseau électrique. Les enjeux de « bon voisinage » et les préoccupations liées à la sécurité sont particulièrement importants aux endroits où aucun précédent n’a été établi et où le public ne comprend pas les impacts de ce type d’aménagement.
  1. Association canadienne de l’énergie éolienne, « L,éolien en chiffres : retombées économiques de l’énergie éolienne » http://www.canwea.ca/images/uploads/File/NRCan_-_Fact_Sheets/canwea-factsheet-economic-f-web.pdf , consulté le 17 octobre 2012.