L’offre d’électricité au Canada

Quelles sources d’énergie pour aujourd’hui et demain?

Pour produire de l’électricité, on utilise de l’énergie mécanique pour faire tourner une turbine. Cette énergie mécanique peut provenir de diverses sources, notamment de l’eau en mouvement, du vent ou de la vapeur produite par de la chaleur résultant d’une réaction nucléaire ou de la combustion de combustibles fossiles. La manière dont l’électricité est produite dépend grandement des ressources dont on dispose pour produire l’énergie mécanique. Au Canada, on compte parmi les sources classiques de production l’eau, les combustibles fossiles et la fission nucléaire. Aujourd’hui, on domestique davantage de ressources renouvelables pour produire de l’électricité. Le Canada devra mettre à contribution toutes les ressources énergétiques qu’il possède pour continuer, à terme, de disposer d’un approvisionnement en électricité durable.

  • Le Canada est riche en ressources énergétiques. Aujourd’hui, la plus grande partie de sa production d’électricité est hydroélectrique et environ 77 pour cent provient de sources qui n’émettent à toutes fins utiles aucuns gaz à effet de serre. Le mode de production de l’électricité dépend grandement des ressources disponibles dans les différents territoires de compétence. Des provinces comme la Colombie-Britannique, le Manitoba, l’Ontario, le Québec et Terre-Neuve-et- Labrador sont riches en ressources hydriques et dépendent fortement de celles-ci pour la production d’énergie électrique. L’Alberta, la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick possèdent pour leur part d’importantes réserves de charbon et de gaz et s’en remettent principalement aux combustibles fossiles pour assurer l’essentiel de leur production d’électricité.
  • Plus récemment, on a commencé à exploiter de nouvelles sources d’énergie renouvelable telles le vent, le soleil, les vagues océaniques, les marées et la biomasse pour produire de l’électricité. Par exemple, le sud de l’Ontario et certaines zones des Prairies disposent de bonnes ressources éoliennes et aménagent des parcs éoliens pour produire de l’électricité; des zones côtières, notamment en Colombie-Britannique, étudient le potentiel de l’énergie houlomotrice; enfin, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse réalisent des projets d’énergie marémotrice dans la baie de Fundy. Il importe de rappeler que plusieurs sources d’énergie renouvelable sont considérées comme « intermittentes », n’étant disponibles que lorsque le vent souffle ou que le soleil brille, et on ne peut s’en remettre à elles pour disposer d’un approvisionnement constant. En outre, même si on continuera de développer de nouveaux moyens de produire l’électricité, les régions resteront fortement dépendantes des ressources énergétiques dont elles disposent.
  • Le réseau électrique canadien s’est toujours caractérisé par la présence d’importantes installations de production éloignées des agglomérations. C’est pourquoi il est nécessaire d’acheminer l’électricité sur de longues distances vers les villes et centres industriels par le truchement de lignes de transport. Ce type de structure a été conçu à l’origine en vue d’exploiter les importantes ressources hydriques situées dans les zones nordiques des provinces, loin des agglomérations qui sont à proximité de la frontière Canada-É.-U. L’histoire nous enseigne que la majorité des besoins en électricité du Canada ont été comblés par un nombre relativement petit d’aménagements de production, de sorte qu’on dispose d’un réseau de transport constitué d’un nombre relativement petit de lignes de transport d’une puissance extrêmement élevée reliant ces centrales aux centres de consommation.
  • L’ajout de sources plus renouvelables au réseau électrique signifie qu’il faudra adapter la structure du réseau de transport. Les aménagements de production d’énergie renouvelable sont en général de plus faible puissance et sont plus dispersés géographiquement que les centrales classiques. Cela signifie qu’on aura besoin de plus de lignes de transport de moindre puissance pour intégrer les ressources renouvelables au réseau. L’ajout de ces lignes présente de nouveaux défis pour le secteur du transport. L’accroissement du nombre de lignes de transport rend plus complexe l’exploitation efficiente, efficace et fiable du réseau. Le caractère intermittent des ressources renouvelables ajoute aux difficultés d’exploitation d’un réseau de transport conçu en fonction de l’existence de sources d’énergie classiques offrant une production stable. En outre, la construction de ces lignes supplémentaires occasionnera vraisemblablement des coûts importants pour les entreprises d’électricité et les consommateurs. Enfin, les innovations liées au stockage de l’énergie pourraient contribuer de manière importante à ouvrir la voie à l’intégration de ces énergies renouvelables intermittentes au réseau électrique.